Ylli Polovina in italiano
VENDLINDJA KU JETOJ DHE PUNOJ QYTETI I DY VAJZAVE TË MIA
PUBLICITIKË

NJË SURPRIZË QË FSHIHET NË JAVOREN VJENEZE “DAS INTERESSANTE BLATT” NË NUMRIN E SAJ TË 28 NËNTORIT 1912
FESTAT 28-29 NËNTORIT 1945 DHE LOJA E ENVER HOXHËS ME FJALËN DEMOKRACI Pjesa e dytë
FESTAT 28-29 NËNTORIT 1945 DHE LOJA E ENVER HOXHËS ME FJALËN DEMOKRACI Pjesa e parë
LAJMI I SAJUAR MBI NGRITJEN E FLAMURIT DHE SHPALLJEN E PAVARËSISË NË DURRËS
AGOSTINO, KOLONELI I USHTRISË ITALIANE ME MBIEMRIN ÇIFTELIA (Pjesa 2)
Artikuj të tjerë .....



kërkoni në këtë faqe



S'AFËRMI
MIRËSEVINI

MADU

Shkruar nga Vasil Qesari

Per kete permbledhje poezish te Jamarber Markos ne frengjisht, te cilen sapo e hodha per lexuesin e huaj ne web-in tim www.simbadi.com, u be “sebep” nje foto mjaft terheqese e mikut tim, Fat Velaj. Kur e pashe ate, u befasova ! Kisha nje jete pa e pare Madun dhe, rasti e solli qe kete te papritur, te ma beje pikerisht Fatmiri. E kam njohur Jamarberin ( Madu - emri i tij familiar ), dikur ne Vlore, shume vite te shkuara. Kish mbaruar studimet per gazetari e bente stazhin ne gazeten lokale. Madu si Madu ! ... Orgjinal, indifernet, krenar, mosperfilles si edhe me nje guxim ne karakter qe mua, disa here, me shtinte bile edhe friken nga qe fliste e shprehej pa “dogane”. Ai, ishte nje djalosh i rritur mire, pa dyshim, por qe edhe teper rebel e guximtar e, une mendoja shpesh se, ai kish lindur gabimisht ne ate kohe pikerisht ne Shqiperi e, ate gabim, nje dite patjeter qe do ta paguante teper shtrenjte. Pra, Madun, Petro Marko i madh e Safo e kishin lindur vertet, ne nje “kohe te pavoliteshme”.

Me Madun, mbaj mend, shetitjet qe benim mbremjeve pergjate rruges Vlore-Skele, diskutimet per kenget italiane e angleze, per poezine, letersine etj. Ai banonte ne nje dhome te “çuditeshme”, ne nje tip barange diku prane stadiumit “Flamurtari”. Ish nje dhome e vogel sa per te futur koken, me nje shtrat perdhe e disa mbulesa hedhur mbi te. Asgje tjeter s’kish aty, perveç disa ca shishe vere bosh, hedhur andej-kendej e, mbi koke te dyshekut mbi mur ngulur me gozhde, nje tekst ne anglisht i nje kenge te “Beatles” ...

Fati i tij, te cilin ai e “kerkonte” me ngulm e qe do ta çonte me pas atje ku s’mund te shpetonte, ishte i shkruar. Mbaroi stazhin ne Vlore, u emerua ne Kinostudio e pastaj u arrestua dhunshem per “agjitacion e propagande”. S’ma merr mendja qe Madu ta kete çare shume koken per ate denim, nderkohe qe i ati, i mirenjohuri shkrimtar Petro Marko, kish marre edhe nje tjeter plumb ne zemer ...

Madu nuk botoi poezi ne ate kohe. Shkroi per “qejfin” e tij ne burg e me pas, kur doli prej tij, pas renies se diktatures, kur edhe u be i gjalle me dy libra. Poezia e tij eshte nder me te mirat e autoreve te rralle te post- diktatures. E forte, dridheruese, plot nerv e kursim vargjesh. Ajo - siç shkruan me te drejte edhe studiuesi Ardian Marashi - ka “nje forme lakonike, nje rritem te brenshem dhe mendim te thelle, shoqeruar me nje dhembje te etheshme e cila nuk bie asnjehere ne patetike”...
Diplômé en littérature et journalisme en 1974 à Tirana, il fut condamné à sept ans de prison l’année suivante, pour avoir exprimé son mécontentement envers le Parti Communiste Albanais. Mais surtout pour être le fils de Petro Marko (1913-1991), ancien combattant de la Guerre d’Espagne et ancien résistant passé par les camps de concentration : le romancier le plus talentueux de l’immédiat après-guerre fut plusieurs fois condamné, interdit de publication et interdit de lecture, et autant de fois “réhabilité”, à cause notamment de sa popularité que le Parti jugeait trop expansive à ses dépens. Jamarber, lui, sortit de prison en 1979, mais dut compléter sa peine en travaillant comme déchargeur dans une brigade d’entretient. Il est l’auteur de deux volumes de poésie, dont le premier, Hasard intentionnel (1995), écrit durant vingt ans, pourrait être considéré comme l’oeuvre de sa vie. Avec son deuxième recueil, Pro nobis (2001), il confirme à nouveau ce qu’il y a de meilleur dans sa poésie : une forme laconique, un rythme intérieur soutenu, une pensée profonde dénuée de métaphore, une fière douleur qui ne tombe jamais dans le pathétique.


( Poèmes traduits de l’albanais par Ardian Marashi )



POUR AUTRE CHOSE JE SUIS DE RETOUR

Je ne suis pas revenu
Pour voir une larme versée pour l’occasion
Ne suis pas revenu
Pour entrer dans un sourire
Ne suis pas revenu
Pour démontrer que je savais tout
Ou pour enlever le grain de poussière
Qui pèse en suspens sur l’espace du malentendu
Je ne suis pas revenu
Pour sentir les inflexions sentimentales
Je ne serais pas revenu
Pour prendre ce qui m’était dû
Je ne suis pas revenu pour tenter de récupérer
Mes jours perdus en prison
Je savais que ceci était impossible
Je ne serais pas revenu
Pour éprouver la même chose
Que d’autres ont vécue.

LA LIBERTÉ DE LA PLUIE
Avec ses mains longues
Avec ses jambes minces
Elle plongea libre
Dans le monde ici-bas.
J’imagine sa plainte
Lorsqu’elle s’arrêtera
Devant
Les barreaux de fer.


***
Vous êtes pardonnés
pour le jour où vous m’avez condamné à mort.
Vous êtes pardonnés
pour l’heure où vous m’avez conduit à l’hospice des fous.
Vous êtes pardonnés
pour la minute où j’ai aimé le mensonge.
Je me vengerai pour la seconde où vous m’avez fait Dieu.

***
Nous avons gagné la guerre, le rêve, le beau.
Nous avons dormi du sommeil des bienheureux.
Et nous nous sommes réveillés étonnés
Par les crissements des vers
Aux fondations de notre majestueux avenir.

***
Dieu
La créature la plus impuissante de l’univers
Est devenue par erreur la plus puissante
Pour faire en sorte que les hommes se retrouvent
En enfer.

***
Je mélange le ciel et le sable
Et je conçois la mer.
Je mélange la mer et mes mains
Et je conçois le feu.
Je soustrais la lumière et la joie
Pour concevoir une parole.

***
Je rentre du combat
Les plaies fermées
Et je trouve
De nouvelles plaies toutes fraîches
Par le combat
On pourra les refermer.


***
En cours de chemin me porteront mes jambes
En cours de vie me portera mon souffle
Quel plaisir
Si je pouvais porter les fleurs à ma mort.
***
J’étais curieux de voir
Et j’ai vu
J’ai eu des remords ensuite
Et j’ai vu de nouveau.


Version i printueshem
Faqja paraardhese

Kontakt: ylli@yllipolovina.com © 2007-2017 yllipolovina.com Webmaster: taulant@topciu.com